BIO Michel JANICKI

Désolé, votre navigateur ne supporte pas Canvas. Mettez-vous à jour

1) – La découverte d’une passion

J’ai découvert l’informatique au début des années 80s quand un copain m’a présenté son commodore VIC20, j’ai tout de suite adhéré. Par la suite, je me suis acheté mon premier micro-ordinateur, un Tandy MC10, sur lequel j’ai fait l’apprentissage du basic. A l’époque, les performances étaient tellement faibles, qu’il était quasi incontournable de passer à l’assembleur, c’était pour moi une évidence, il fallait que je continue dans cette voie. Plus tard je me décide enfin a acquérir un VIC20 sur lequel je programmais à tout va. Mais l’arrivée du Commodore 64 a changé la donne. C’était l’escalade, devant les possibilités qu’offrait cette machine, j’ai dû me résoudre a investir de nouveau, ma passion grandissait avec mon nouveau matériel. Puis ce fut au tour de l’Amiga 500, le top de ce qui se faisait à l’époque. J’ai appris beaucoup sur cette machine, j’étais alors capable de programmer des jeux vidéo.

2) - Du ruisseau à l’ocean

En 1989, je rejoignais Ocean France, je travaillais alors sur l’adaptation de P47, un shoot'em up venu de l’arcade. Je programmais sur amiga 500 en configuration de base, puis petit à petit j’y ajoutais des extensions (mémoire, disque dur). J’enchaînais les jeux (Beach Voley, Cabal, Ivanhoé), c’était vraiment une période fantastique. J’ai travaillé chez Ocean jusqu’en 1994, date où la société ferma ses portes. Cette aventure me laissa de très bons souvenirs, malgré l’énorme quantité de travail, mais nous étions tous des férus, et j’ai pu surtout évoluer en tant que professionnel dans ce milieu passionnant. Je continuais a programmer chez moi, avec l’aide d’un autre développeur (Pierre-Eric LORIAUX), je finalisais la version Amiga de Liquid Kids.

3) - CRYO : La grande aventure

Part la suite, j'étais embauché chez Cryo, la grosse boite de l’époque. Je mettais à profit mes connaissances en assembleur sur les consoles SEGA (Master System et Game Gear), avec la réalisation de Speedy Gonzales, un jeu de plate-forme. Après avoir développé sur plusieurs consoles du moment (Mega Drive, Saturn,…) et PC, je fus nommé directeur technique du studio « Game Boy » vers la fin des année 90s. C’est là que j’ai rencontré Eric GACHONS et Jérôme LIGNER respectivement programmeur et graphiste. Nous étions une petite équipe dans cette vaste entreprise, on bénéficiait surtout d’une vraie autonomie, on développait tout nous même, des outils sur pc, à la programmation des jeux entièrement en assembleur Z80 sur Game Boy et Game Boy Color. Avant la fermeture du studio en 2001, nous avions réalisé les jeux « Rip Tipe Racer », « Asterix », et « Gift », et même une maquette du jeu d’aventure « Atlantis ».

4) - La fin d’une époque

Quelque temps avant la fin de Cryo, je me suis installé à Bordeaux, où je continuais mon activité en télétravail. Puis après mon licenciement économique, j’ai été embauché chez In-Fusio, pour faire des jeux sur mobile, j’utilisais alors le langage JAVA.

5) - Vers de nouveaux horizons numériques

Après m’être essayé à de nombreuses plateformes (Ordinateurs, consoles, mobiles), je décidais qu’il était temps de franchir le cap, et de proposer ma propre technologie. Je travail actuellement à la mise au point d’une nouvelle console avec un cœur Arduino. Elle s’appelle « Console 101 », j’espère séduire les joueurs avident de nouvelles expériences vidéo ludique, et aussi les programmeurs qu’ils soient novices, ou expérimentés.

LEADERSHEEP: Bio Michel JANICKI